Édito

Des femmes obèses de Rubens à l'épure femelloïde anorexique de Barbie, l'Occident ne cesse de réinventer les canons de beauté féminins, oscillant résolument d'une extrême à l'autre, au gré des considérations philosophiques, commerciales ou médicales.

La culture populaire, relayée par la morale du moment, choisit assez grossièrement son camp selon ce que lui dicte la mode, ses croyances ou sa fainéantise intellectuelle.

Ainsi, telle femme mince se gavera absurdement de produits « light » et telle femme obèse justifiera de s'empiffrer de plats hyper-caloriques au prétexte de savoir-vivre ; les deux, cependant, se regardant en chien(ne)s de faïence, sous l'arbitrage fallacieux de la publicité ou des lignes toujours changeantes et normatives du prêt-à-porter.

Entre ces deux pôles, se tiennent tant bien que mal la plupart des femmes, qui, sans être ni minces ni grosses et a fortiori, ni anorexiques ni obèses, n'en sentent pas moins la nécessité de se (re)positionner à longueur d'année dans un débat assez vain qui ne fait, à bien y regarder, que des victimes, directes ou indirectes.

Le discours social sur la beauté « idéalisée », que les femmes relayent d'autant plus radicalement qu'elles sont les premières concernées (visées, serait plus juste) est des plus ambivalents, en ce qu'il se cherche en permanence une vérité à appliquer sous forme de standard dans lequel, par définition, aucune d'elle n'entrerait puisqu'il s'agit d'un « canon », donc d'une abstraction.

Le nœud gordien du problème contemporain tient en ceci que le discours dominant serait à la minceur extrême (à la maigreur, même), ce dont atteste la mode contemporaine et les filles-cintres qui la portent dans les défilés et qui la relayent autant sur les affiches vantant les gels minceur (dont elles n'ont pas besoin), que sur des enseignes de fast-food (qui auront vite fait de les faire enfler) ; le nœud gordien disais-je, tient à ce que, par réaction épidermique à cette norme extrême, le modèle de la femme obèse incarne dès lors le prototype de la résistance et de la solidarité entre les femmes dites « normales », qui, en leur for intérieur, sont à peu près convaincues qu'elles ont davantage de chances de grossir que de mincir – le temps aidant, à tout le moins (on est peu de choses).

Le discours ambiant, et les actes qu'il entraîne, est dès lors complètement vicié, là où les mêmes femmes qui éprouvent la nécessité (souvent imaginaire) de maigrir en optant pour des régimes aussi vains qu'onéreux, quand ils ne sont pas carrément dangereux pour leur santé, accusent la moindre concurrente plus mince qu'elles d'être « anorexique », donc malade.

Ainsi, par un étrange jeu de renversement des valeurs, la surcharge pondérale deviendrait un blason anticonformiste incarnant au moins la bonne santé mentale et la liberté individuelle, contre le dévoiement que symboliserait toute forme de minceur, désormais jugée comme la stricte tentative pathétique de se mouler dans les standards physiques extrêmes et révoltants du capitalisme modiste et pharmaceutique.

Le paradoxe de notre époque tient à ce que la « norme » n'entraîne qu'un faux-semblant a contrario, prétendument « en résistance », mais tout aussi normatif et qui, dans ce cas particulier renvoie simplement minces (dites « anorexiques ») et grosses (dites « pulpeuses ») dos-à-dos, dans une lutte sans merci qui ne profite qu'à des industries (agroalimentaires, pharmaceutiques, textiles, etc.) diverses et complémentaires.

En dernière analyse, l'enjeu reste la perception erronément « sociale » du corps de la femme, comme si l'avenir même de quelques attributs mammaires ou fessiers, voire le regard porté sur eux par les hommes, étaient susceptibles de déterminer une femme en tant qu'individu ; ce regard masculin étant lui-même admis abusivement comme univoque, au gré de modes et d'impératifs civilisationnels dont ces mâles ne sont certes pas non plus exempts des séquelles.

Alain Van Haverbeke
01.2014

retour au site  
00 PAGES 04-05 00 000 RUBRIQUES 000
01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48